10 lessons learned from traveling from 2016 to 2017

Happy new year to you all!

I know, I know…at last, it is January 25th. My mom has always told me that we have the whole first month of the year to tell our best wishes, so no problem since as a great lady she knows a lot about good manners.

Anyway, it is not too late to take some time to reflect on the previous year right? It really is something that we are used to do, use the new year to do so. Even though it is never too late and there is no “right” or best time to re-design the direction of our lives there are only or there should be as many as we need.

I am in for the trend though and it should not come as a surprise if I tell you I want to focus on the traveling experience. As I was reviewing my trips from  2016 to 2017 I was thinking I would rather share about my discoveries – in fact not discoveries but a confirmation – that you will be able to relate to not in the specific places visited but on a larger scale. Like a universal piece of knowledge, you can take in, since it all turned out to be one single lesson; however I can help you to get to understand it, through the 10 following points.

 

  1. Know your story, be proud of it and learn to tell it, master the art of telling it. Pitching stories has become one of my favorite activities. I learnt that if you can tell people why you chose to go there on vacay, to travel there, even why you do that for a living or why you do the things that you do – even if you have to go back to the time you were “innocent” and “untouched” by life (childhood), if you can ask and reflect yourself on those questions; it is a whole different story you will tell than just answering those questions when you are asked. It means you did a bit of #soulsearching and that is how you can connect with people. People love people’s stories after all. I am literally or almost deaf since I came to understand this whole different new world of approaching people whether it is while traveling or at home. Yes, because that is what we want to do? Bring lessons and stories from our trips home and implement them in our daily lives.
  2. Believe THAT connection with THIS travel destination. I learnt that you can have a connection with a specific travel destination just like you have one with a specific person.
  3. Travel where the vibes are good for you. I learnt that not every city is made for you and that it is all about vibes. Whether it is a city to live in or to travel to. No matter how famous the city is. For example, London does not sit well with me. I mean I love the parks and museums, yet there is this energy there that is just not a terrific one for me. I bet it has something to do with some not so good past experiences as well there. On the other hand, Miami is a cool city for me, not its fancy and flashy sides, simply the ambiance and energy; it is warm, colorful and the “flavors”… I have to say in general a bit “familiar” – is that the Caribbean touch? 😉 – in a different setting.
  4. Consider traveling solo or with loved ones. I learnt that traveling solo is best for me, even though I love spending time with my friends and family. It is ok to not be around people we love all the time. You allow yourself to spend time with your “self” and grow. Traveling is a good opportunity for that. You’ll be back anyway. Back, recharged to love them more.
  5. Fight this, it will come back, because it is you. I learnt that whatever is meant for you, like a passion for a country, will be coming back in your face no matter how much you try to invest in another one. I think about Haiti, in my case!
  6. Nope, you did not meet that person by chance. Just like when you are meant to cross path with someone – a special someone, it just happens. No escape. And especially when you are abroad, believe that you had to go there. And because sometimes in life we are either the stranger or the native, a lot of beautiful stories will blossom. Provided we allow it. So, bottom line, we need to trust the universe. Meeting someone can be as magical as helping you to rekindle one of your skills that you left aside or were struggling with. Inspiration flows in other words and when it hits you, make sure you get the hint and be ready to welcome and receive it.
  7. “Soul searchers” inspire “soul-searchers-to-be”. I learnt that I am not the only one to feel that way. On my journey I meet and I learnt that we are a lot to be “soul searchers”, but sometimes we just don’t know that this bad thing that happened to us or this uncomfortable feeling about life or draining feeling about life is a sign that something bigger is going on, that something is wrong and we need to figure out. Therefore, I learnt to accept that we are not all at the same step of our journey life and this can be in conflict with our own growth but eventually help us to grow even more as an eye-opener.
  8. Travel (life) at your own pace and beware the people you’re traveling with. I learnt that the more “soul-searching” people we meet, the more people that are not on the same wavelength, the more we are able to reconnect with ourselves and follow the path that is ours. Nothing egotistical, some people need to be left aside or behind or even ahead. Just like when you’re traveling to your destination and the people you’re traveling with are slower than you or faster than you, but you know you’ll be on time at your rhythm. Just believe it and trust your own. Just like when you’re traveling to your destination and people joined you on board for hundreds of miles (understand for a while) because it was convenient at that time for both of you, you were heading in the same direction, on the same road, but then in order for them to reach their destination at a certain point they need to change their direction, so you either drop them aside or they ask you to do so.
  9. Therefore “Life is a journey”. I learnt that life means = spiritual journey – in which the main character is us – and that it is a tough road however worth it. You get the hint about how is related to traveling. #LifeAsAJourney #LifeIsAJourney
  10. All of this to confirm that traveling is a great way to find your purpose and embrace your destiny.

 

Sounds familiar? What about you guys, what did you learn from your trips over the last year? Feel free to share below, I’d be happy to know!

Cette ville unique au croisement de mes expériences, origines et passions…

Definitely américaine, plutôt française et tantôt créole. A la fois tout ça.

Vous avez certainement reconnu cet endroit, si particulier…

D’abord, elle, qui s’impose dans un décor dépaysant, la cathédrale Saint-Louis… puis ce drapeau planté là comme pour rappeler où l’on est, si vous vous étiez “égaré”, si toutefois vous étiez confus, car on peut l’être, il y a cette “petite” touche d’ailleurs… des calèches qui défilent le long de Decatur Street, et derrière nous, le Moonwalk, c’est vivant… voire bruyant! La Creole Queen, et d’autres, se fraient un chemin sur la Mississippi River. Cette dernière est busy, entre faire son show, se montrer sous son meilleur jour dans le cadre des excursions pour touristes et le transport de choses et d’autres; elle a plusieurs casquettes, elle remplit plusieurs fonctions économiques. Le fleuve est un des traits les plus marquants du visage du French Quarter. Il est prépondérant dans l’identité de la ville.

Lorsque l’on s’achemine vers le French Market, l’odeur des fameux beignets devient enivrante, et à ce moment là, on veut goûter! Mais, il faut être patient, la file d’attente au Café du Monde est longue. Dans l’ensemble, la ville danse aux rythmes des notes jazzy, à l’image de son personnage le plus emblématique – Mister Armstrong, qui a laissé un bel héritage à son lieu de naissance -, et fascine à travers ses légendes vaudou.”

Si j’avais un titre à donner à cette photo? Je l’aurais intitulée “Un bout de Nouvelle-Orléans”, si je ne m’en tenais qu’à ce qu’on y voit. Rien d’extraordinaire, elle a été prise depuis le Washington Artillery Park. Classique point de vue pour une photo, paraît-il.

L’expérience, en revanche, l’a été pour ce qu’elle a représenté pour moi.

Si je m’en tenais à mon imaginaire de la Nouvelle-Orléans, de ce que j’en ai compris, ce que j’étais venue explorer, de ce que j’étais venue y chercher et que j’ai trouvé ; cette photo dirait bien plus, quelque chose comme “un bout de France, des îles de la Caraïbe aux États-Unis”, quelque chose qui résonne en moi, qui me ressemble même ; de là mon choix dans le titre “mes expériences, mes origines et mes passions”.

J’avais envie de partager ce beau souvenir d’une ville où les États-Unis et la France ont fusionné, où l’Amérique épouse la France. Je pense aussi aux influences créoles, je ne pouvais pas faire l’impasse sur la Nouvelle-Orléans, sans doute, le parfait crossroads, c’est cela le “croisement” dont je parle. Sans oublier son lien avec Haïti, île et pays de mon coeur; toutes ces raisons ont donné du sens à ma découverte de la ville, car ce que j’aime vraiment plus que tout, c’est de “voyager avec sens” pour mieux me connaître, pour me trouver en fin de compte 🙂

Une dernière chose, en musique “…and I think to myself, what a wonderful….” song

6 étapes pour soutenir une amie moralement

Cela faisait très longtemps que je souhaitais commencer à écrire sur ce sujet.

Étant une femme moi-même, étant tout simplement humaine en fait, j’ai traversé des périodes difficiles émotionnellement et quand cela arrive, quand bien même on refuse de (se) l’avouer, le soutien est nécessaire, mais à condition qu’il soit approprié. Et c’est précisément là que les choses se corsent.

Quand je passe par ces moments de doute, de tristesse, de désarroi, j’ai toujours besoin de me tourner vers mes semblables. Quoi de plus normal! Je vais chercher du soutien auprès de nous, femmes, parce qu’on se comprend, on se ressemble. Mais quelle a été ma surprise de nombreuses fois de constater la façon dont sont reçues ces émotions. Bien souvent, je me suis retrouvée à regretter de les avoir partagées ou à vouloir les gérer moi-même. Autrement dit, à me “fermer” aux autres. J’étais venue puiser de l’énergie féminine, et je me suis retrouvée face à des solutions.

Ce qui m’a amenée à réfléchir à ce que je pouvais faire, moi, dans une situation inversée, pour ne pas bloquer une amie qui va mal mais réellement lui procurer un certain soulagement et lui donner l’envie de se confier à l’avenir. Par exemple dans le cadre de relations amoureuses.

Car oui, un triste constat…je pense que sans s’en rendre compte, on est de plus en plus déconnectées et dépourvues de notre énergie et nos relations entre nous – entre autres – en pâtissent.

  1. Trouver un moment où je suis entièrement disponible et attentive. Cela semble évident, et pourtant, on se surprend souvent à discuter de choses sérieuses avec nos amies au cours d’une soirée multitâches : mauvaise idée. On a tous beaucoup à faire, où parfois on n’est tout simplement pas disposé. Ceci étant dit, si mon amie/sœur/cousine va mal, elle mérite toute mon attention. Je ne peux pas dans l’immédiat, je reviens vers elle dans les 2 jours maximum; au-delà, elle pensera qu’elle ne compte pas. Entre deux tâches, elle ressentira l’impatience. Rien de pire pour quelqu’un qui cherche à se confier…
  2. Écouter activement. Une fois que j’ai “fait de la place” pour accueillir mon amie, recevoir pleinement sa peine, j’écoute, et j’écoute surtout. Je pratique 90% d’écoute, les 10% demeurant sont réservés à dire que j’écoute, c’est-à-dire : “je t’écoute/je t’entends/oui, je suis là”, répéter pour être certaine d’avoir bien compris, dire “je comprends/je ne comprends pas, explique-moi ça”, affirmer lorsque je suis d’accord, reformuler son sentiment/émotion/ressenti, poser des questions, voire encore raconter des situations similaires vécues (j’utilise la carte “success story (ou pas)” avec parcimonie, j’essaye de limiter ces histoires car il y a un risque de détourner l’attention sur soi ou d’autres personnes ou d’accentuer/d’affecter certaines émotions).
  3. S’abstenir de juger. C’est plus vite arrivé et sorti de notre bouche qu’on ne le pense. Une des étapes les plus dures à respecter. Je me dis qu’on a chacune nos sensibilités et forces. Si je dis “tu te mets dans des états pareils pour ça?!/tu ne crois pas que tu exagères là?/tu ne vas pas te mettre dans des états pareils pour si peu/tu es folle de penser ça/mais non, ce n’est pas ça”, je sais que je m’exprime de mon point de vue, que je vois la situation de là où je suis (ma perspective), et que j’oublie que j’ai une autre personne en face de moi, qui ne réagit pas de la même façon, qui a ses propres peurs et faiblesses, et qui, plus important encore, est en train de ressentir donc d’honorer ses propres émotions. Je ne dois pas intervenir ici pour dire ce que cette personne devrait ou ne devrait pas ressentir. Cela lui “appartient”.
  4. Dans le même esprit, résister à vouloir donner/apporter des solutions! Insupportable de nous voir/entendre souffrir, on doit résoudre, sinon on est inefficaces. Cette obligation de résultat, immédiate, dans l’instant, quand il s’agit du monde émotionnel, très compliqué à mon sens. Je laisse cela aux hommes, ils le font très souvent, très bien. En tout cas, j’ai remarqué que lorsque j’ai besoin de me confier, je ne viens pas chercher une solution ou une réponse directement, mais du réconfort et de la compréhension d’abord (cf. 2), ce que la plupart d’entre nous recherche.
  5. Ne pas bousculer. “Allez, allez, viens on s’arrache, y’a une soirée déguisée chez ma cousine/ sors de chez toi, vas t’amuser/change toi les idées”avec insistance, c’est lourd, et ça peut renforcer le mal être “je devrais être en train de m’éclater mais je suis triste”. Il faut “fuir”, il faut! Non ou pas forcément. Mon amie sait au moment où elle veut me parler qu’il y a un tas d’opportunités pour soulager sa peine, visiblement son besoin est précisément de me parler et pas de dévier sur une autre activité, à moins qu’elle ne le demande. Je peux proposer une activité mais je respecte, je ne force pas. Elle peut penser dans le cas contraire “tu ne respectes pas mon état, tu n’as pas compris que je ne vais pas bien”.
  6. Rappeler sa présence pendant et après l’échange. Cliché, néanmoins le simple et fameux “je suis là/je suis là, si tu as besoin” est d’or. Pas terrible comme comparaison mais l’idée est la même que dans le cadre d’une relation client: je relance pour savoir où elle en est dans ce processus (car oui, c’est une phase de turbulences à traverser). Si je veux entretenir ma relation, mon lien, être certaine qu’elle reviendra vers moi, conclure un “contrat de confiance”; je maintiens le contact et je m’assure, du moins je mets tout en œuvre pour que son expérience avec moi soit positive.

Voilà, 6 pratiques que je m’efforce d’honorer pour soutenir une amie, en gardant à l’esprit que le fil conducteur c’est d’instaurer/maintenir la confiance, en passant par le respect de ce qu’elle ressent pour l’aider à affronter ses émotions. Je sais aussi qu’en faisant cela, je m’autorise à me confier à elle tout autant, en lui communiquant mes propres codes (ceux-là): je lui donne les clefs pour comprendre comment j’aimerais être soutenue.

Et vous les filles, comment faites-vous pour soutenir vos amies dans les périodes difficiles? Je serais ravie de connaître vos méthodes dans les commentaires 🙂