8 leçons apprises chez les Américains étant française

Cette photo a été prise à St Petersburg, en Floride, été 2016 …Que dire, un vrai coup de cœur artistique pour cette ville; et en effet c’est comme cela qu’elle se positionne, si vous aimez l’art, cela ne manque pas à St Pete ! #artsy #ArtisticVibe

Quels sont vos projets en 2018 ? Que diriez-vous d’ouvrir vos horizons cette année? Un interrogatoire…qui vaut pour moi-même premièrement! 😉

Comme le veut la “tradition”, aucune dérogation, aucune : j’attaque le sujet. Tout début d’année a son lot de questions existentielles, est propice à la réflexion, aux nouveaux challenges pour cette nouvelle année. What’s next ? Si vous réfléchissez à quoi faire, que vous êtes « jeune », sans enfant, fraîchement diplômé(e) ou pas d’ailleurs…permettez-moi une petite suggestion.

Je me suis retrouvée dans cette situation il y a 4 ans. Je venais de terminer mes études, ma recherche d’emploi de longue durée en France n’avait pas été fructueuse, je n’avais aucune attache, obligation ou dette. Après une remise en question et au gré de mes rencontres, de quelques voyages en Europe, j’ai eu un déclic : j’ai pensé à partir à l’étranger. Vous me direz que cela ne s’improvise pas, et c’est vrai. En tout cas la première étape à passer est bel et bien de vouloir partir vivre à l’étranger, de vouloir aller travailler à l’étranger ; d’être réceptif(ve) à l’idée (se demander : suis-je prêt(e) à m’éloigner de ma famille, à bouleverser mes repères, à changer d’environnement, à me perdre et accepter une part d’inconnu). Après, souvent, il y a la question de la langue, cela, je vous en parle plus loin.

Une fois que j’avais décidé de ne plus me limiter géographiquement, j’ai postulé à cette offre d’emploi en Floride trouvée en ligne. L’opportunité était là, la seule condition c’était d’être sélectionnée. Un peu plus de 6 mois après, je m’envolais vers le Sunshine State américain pour écrire une autre page de mon histoire. Une révélation. D’abord il faut bien le dire, il y a le choc culturel, puis au fur et à mesure on s’adapte, et au final on n’en tire que du positif de nos chers Américains.

Voici  8 leçons que j’ai apprises en vivant chez les Américains, pour vous encourager à partir y vivre et y travailler (dois-je préciser légalement ?), ou plus généralement à franchir ce cap d’aller vivre à l’étranger. Ainsi, on apprend à :

  1. (Mieux) Parler anglais ! Oui, quand même, le plus évident ! Pas d’énorme surprise ici, le meilleur moyen d’apprendre l’anglais c’est effectivement d’être avec « les vrais », sur le terrain, sans stress, sans le côté hyper académique. Et la bonne nouvelle c’est que les Américains ne nous « jugent » pas, ça fait du bien, et ils trouvent notre accent français tellement mignon ! Sérieusement, j’ai eu plus de remarques de personnes dont l’anglais n’était pas la langue maternelle, et/ou ailleurs qu’aux Etats-Unis, que des Américains eux-mêmes, allez comprendre…Donc relax.
  2. Oser et mettre ses peurs de côté (be fearless and bold). Et ne pas se soucier de ce que les autres vont penser. Là-bas, c’est connu, on valorise particulièrement l’initiative et l’entreprise (au sens d’entreprendre). Esprits créatifs, aventuriers, vous serez bien accueillis !
  3. Travailler dur (hardworking ethic). Oui, ça aussi compte autant, développer cette capacité à se donner à fond. Si vous étiez quelque peu fainéant, oubliez ! Les congés ce n’est pas trop le genre de la maison.
  4. Croire en ses rêves et se fixer des objectifs (chase your dreams and set goals). Cela ne vous rappellerait pas quelque chose ? The American Dream? A relier au point précédent.
  5. Être passionné(e) (be passionate). Cultiver sa ou ses passions. Déjà, sérieusement, ayez une conversation avec des Américains et soyez attentifs au nombre de fois qu’ils prononcent les mots « Amaaaaaaaazing », « greaaaat », « awesome ! », « Oh my God, I looooooooove it ! », allez encore un « Beaaaaautiful ». Ah ah, trop de passion, on n’est pas habitués à autant en France ! Tout est extraordinaire, du moins leur passion se ressent dans le plus banal des échanges. Et ce n’est pas du tout une critique, bien au contraire. Au fond, ils aiment les individus avec de la personnalité (autant que les diplômes), qui s’affirment ; c’est le pays idéal pour exprimer toute votre originalité (personnalité loufoque ?). Et si vous êtes extraverti(e) alors là… on vous adorera!
  6. Être fier (fière) de ses petites (et grandes) victoires quotidiennes et les célébrer, être récompensé(e) par le boss ! Envoyez-vous des fleurs (bragging ?), vous pouvez, vous devez même. Quand vous faites bien votre travail par exemple, vous êtes reconnu(e), gâté(e), on vous félicite, on vous complimente, on vous récompense, j’ai personnellement vraiment apprécié ce côté-là. En fait, on vous inspire à faire bien ou mieux. J’en ai presque oublié la culture de la punition avec laquelle j’ai grandie.
  7. Et par la même occasion…Créer sa propre marque : soi-même.com ou se mettre en avant ! En particulier aujourd’hui avec les réseaux sociaux, on n’y échappe pas. C’est, semble-t-il, très ancré dans la mentalité américaine depuis le plus jeune âge. Je me souviens avoir suivi une série d’ateliers hyper fun – des career development workshops – au sein de la compagnie pour laquelle je travaillais, dont un était « A brand called YOU ». Dois-je en dire plus ? Vous avez compris.
  8. Enfin, la plus belle leçon que j’ai apprise aux Etats-Unis, et probablement universelle, finalement peu importe le pays de destination, reste …vous êtes prêt… Wait for itSor-tir-de-sa-zone-de-con-fort (get out of your comfort zone), tout simplement ! 🙂

 

Alors convaincu(e) ? N’hésitez pas à me contacter pour les détails sur mon expérience professionnelle aux États-Unis, où j’ai travaillé etc. Faites-moi confiance, ce n’est pas garanti, mais c’est faisable ! Sur ce, je nous envoie plein d’ondes positives pour faire de cette année une réussite !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *