Cette ville unique au croisement de mes expériences, origines et passions…

Definitely américaine, plutôt française et tantôt créole. A la fois tout ça.

Vous avez certainement reconnu cet endroit, si particulier…

D’abord, elle, qui s’impose dans un décor dépaysant, la cathédrale Saint-Louis… puis ce drapeau planté là comme pour rappeler où l’on est, si vous vous étiez “égaré”, si toutefois vous étiez confus, car on peut l’être, il y a cette “petite” touche d’ailleurs… des calèches qui défilent le long de Decatur Street, et derrière nous, le Moonwalk, c’est vivant… voire bruyant! La Creole Queen, et d’autres, se fraient un chemin sur la Mississippi River. Cette dernière est busy, entre faire son show, se montrer sous son meilleur jour dans le cadre des excursions pour touristes et le transport de choses et d’autres; elle a plusieurs casquettes, elle remplit plusieurs fonctions économiques. Le fleuve est un des traits les plus marquants du visage du French Quarter. Il est prépondérant dans l’identité de la ville.

Lorsque l’on s’achemine vers le French Market, l’odeur des fameux beignets devient enivrante, et à ce moment là, on veut goûter! Mais, il faut être patient, la file d’attente au Café du Monde est longue. Dans l’ensemble, la ville danse aux rythmes des notes jazzy, à l’image de son personnage le plus emblématique – Mister Armstrong, qui a laissé un bel héritage à son lieu de naissance -, et fascine à travers ses légendes vaudou.”

Si j’avais un titre à donner à cette photo? Je l’aurais intitulée “Un bout de Nouvelle-Orléans”, si je ne m’en tenais qu’à ce qu’on y voit. Rien d’extraordinaire, elle a été prise depuis le Washington Artillery Park. Classique point de vue pour une photo, paraît-il.

L’expérience, en revanche, l’a été pour ce qu’elle a représenté pour moi.

Si je m’en tenais à mon imaginaire de la Nouvelle-Orléans, de ce que j’en ai compris, ce que j’étais venue explorer, de ce que j’étais venue y chercher et que j’ai trouvé ; cette photo dirait bien plus, quelque chose comme “un bout de France, des îles de la Caraïbe aux États-Unis”, quelque chose qui résonne en moi, qui me ressemble même ; de là mon choix dans le titre “mes expériences, mes origines et mes passions”.

J’avais envie de partager ce beau souvenir d’une ville où les États-Unis et la France ont fusionné, où l’Amérique épouse la France. Je pense aussi aux influences créoles, je ne pouvais pas faire l’impasse sur la Nouvelle-Orléans, sans doute, le parfait crossroads, c’est cela le “croisement” dont je parle. Sans oublier son lien avec Haïti, île et pays de mon coeur; toutes ces raisons ont donné du sens à ma découverte de la ville, car ce que j’aime vraiment plus que tout, c’est de “voyager avec sens” pour mieux me connaître, pour me trouver en fin de compte 🙂

Une dernière chose, en musique “…and I think to myself, what a wonderful….” song

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *